Votre entretien avec le recruteur ne devrait pas se passer comme un interrogatoire : c’est un échange constructif qui doit s’opérer.

Mais comment savoir quelles questions poser et comment les formuler de façon pertinente pour que le recruteur soit convaincu que vous êtes celui qu’il lui faut ?

Et surtout quand devrait-on démarrer notre questionnement sans avoir peur d’interrompre ou de gêner notre interlocuteur ?

Si votre tête tourne aussi vite qu’une tornade, préparez-vous à découvrir le secret des candidats persuasifs qui posent des questions pertinentes, en sachant toujours les poser au moment idéal.

Le candidat suspect

En tant que coach, Jérémy et moi avons pu constater un problème très similaire que nombre de nos clients avaient en commun.

Lorsqu’il sont en entretien d’embauche, ces candidats subissent un interrogatoire salé et se coincent dans un système contre-productif pour eux comme pour le recruteur.

Dans un autre cas, ils leurs arrivent de poser quelques questions qui sont inutiles et pas du tout porter sur leurs intérêts ou ceux du recruteur.

Pourquoi ce type d’entretien enferme le candidat à rester dans sa case du prisonnier qui s’autorise à parler que lorsqu’on lui autorise ?

Concernant mes clients, ils avaient tous le même problème : ils ne savent pas quelles questions posés, ni quand, ni comment.

Ils n’appréhendent pas l’intérêt d’avoir leurs propres questions : ils ne savent pas pourquoi il faut en poser et quelles avantages ils ont à en tirer.

De plus, les candidats “taulards” n’osent pas poser les questions simples et utiles, et ils n’envisagent pas une seule seconde à l’idée de poser des questions plus personnelles envers le recruteur !

Et pourtant, ils sont bien loin de connaître les avantages spectaculaires qu’ils peuvent obtenir en posant, ne serait-ce qu’une question ouverte du type : “Qu’en pensez-vous ?”

Vous vous reconnaissez dans cette situation ? Si c’est le cas, je suis au regret de vous apprendre que vous êtes un candidat suspect !

Si vous saviez à quel point utiliser les bonnes questions est un atout absolument primordiale pour réussir haut la main chaque entretien d’embauche, vous seriez déjà en train de préparer un questionnaire de six pages destiné au recruteur !

Mais pas de panique, je vais rassembler dans cet article les outils nécessaires pour savoir quelles questions poser et comment les exposés dans la conversation au moment idéal.

Première chose, commençons par souligner ensemble l’importance de créer un échange constructif.

Top 3 des avantages irrésistibles que donnent vos questions en entretien

Commençons par comprendre les trois points qui expliquent pourquoi créer un échange n’est pas un conseil utile, mais une ressource absolument nécessaire.

1. Évite de passer pour un candidat suspect

Poser des questions inutiles ou pire, n’en poser aucune durant tout l’entretien, vous ferez passer pour un imposteur.

En clair, c’est contre-productif car vous ne montrez en aucune façon au recruteur que vous êtes quelqu’un qui s’investit et qui cherchent à comprendre les objectifs de l’entreprise pour être prêt à prendre le poste dans les meilleures conditions possibles.

Vous passez pour quelqu’un qui est là dans le seul but de toucher un salaire chaque mois, sans aucune considération pour le reste.

Vous ne pouvez pas passer à côté : vous devez susciter de l’intérêt pour le poste et le prouver par une curiosité riche et assoiffée de réponses.

En posant des questions pour se renseigner, obtenir des informations supplémentaires concernant la vie en entreprise et les avantages compétitifs qu’à cette dernière sur leurs concurrents, vous vous différenciez de plus de 80 % des candidats.

2. Permet d’être en parfaite connaissance avec le poste et l’entreprise

Evidemment, les indications que vous avez lu sur l’offre d’emploi ne sont pas suffisantes pour connaître sur le bout des doigts ce qui vous attend.

La mission que vous devez suivre lors de l’entretien est de renforcer vos connaissances sur le poste et l’entreprise.

Pourquoi ? Parce que vous récupérer des informations supplémentaires venant directement d’une source sûre, et que c’est la seule façon d’être entièrement prêt pour vous engager à travailler pour ladite entreprise.

La connaissance de ces informations sera également la combine parfaite pour renforcer vos réponses en leur donnant cet aspect pertinent et utile (et nous allons en parler un peu plus en bas de l’article).

Dernier point : n’oublions pas que les informations sur le poste et l’entreprise sont un moyen de vérifier si tout correspond bien à vos objectifs personnels.

Travailler dans un espace conforme à vos intérêts et vos valeurs restent le meilleur moyen de s’épanouir pleinement dans son travail, qui vous permettra donc d’apporter des résultats motivants pour vos employeurs.

3. Susciter les émotions

L’objectif est de pouvoir faire défiler un échange dans les deux sens, où des questions se posent entre les deux individus, pour gagner l’intérêt d’une conversation suscitée par la spontanéité et les émotions qu’elles procurent.

Un recruteur qui perçoit que la discussion prend un sens contraire à quelque chose de trop formel, va alors percevoir une personne unique, un candidat en face de lui qui représente le naturel et qui soit humainement disponible.

Vous vous distinguez par un angle, un point de vue ou une philosophie qui vous est propre. Il va donc y avoir une curiosité et un intérêt qui va naître à l’intérieur du recruteur : c’est ici que suscitent les émotions.

Et ces émotions expriment le ressenti du recruteur qu’il a de vous, et si vous suscitez les émotions positives chez lui, vous vous démarquez des autres naturellement.

Posez des questions personnelles au recruteur

Pour vous familiariser à poser les meilleures questions possibles, pensez au recruteur : c’est une personne qui travaille depuis un bout de temps dans l’entreprise, on peut donc en conclure que sa propre expérience est une pépite d’or à laquelle il faut s’agripper.

Si vous lui poser des questions personnelles à propos de son ressenti, vous récupérez un témoignage parfait de ce que peut être votre vie si vous prenez le poste et que vous travaillez pour dans cette entreprise.

Peu de personnes posent ce genre de question “que pensez-vous de l’entreprise après y avoir travailler plus de 4 ans ?” ; “selon vous, comment est ce que l’entreprise pourrait s’améliorer ?” ; “Vous êtes passer cadre il y a 2 ans alors que vous avez commencé dans cette boîte en tant que simple employé. Quels sont les élément qui vous ont menés à cette promotion ?”

Ces questions personnelles, toujours liées à l’entretien, rend l’échange humain, mais pas seulement ! C’est une véritable marque d’affection que de s’intéresser à votre interlocuteur, et il vous le rendra bien.

La liste des questions à poser au recruteur

En tant que candidat, vous avez besoin de collecter certains éléments qui

sont catégorisé selon 3 choses :

1. L’entreprise.

2. Le poste.

3. Le recruteur (ou votre patron).

Les questions se comptent par milliers, vous pouvez poser celles que vous voulez, du moment qu’elle vous donne les informations parmi ces 3 éléments.

Voici une série de questions que vous pouvez reprendre et surtout étudier afin de chercher par vous-même les questions que vous aimeriez poser au recruteur.

L’important est simplement de rester concentrer sur les 3 éléments. Si on résumait en une phrase votre objectif : connaître l’entreprise, le poste et avoir un retour d’expérience du recruteur.

1. L’entreprise

  • Pouvez-vous m’en dire plus a propos de l’équipe ? (comment elle fonctionne, les liens hiérarchiques … )
  • Quel est le rôle de l’équipe ou je serais potentiellement placer au sein de l’entreprise ?
  • Quels sont les principaux challenges auxquels l’entreprise fait face ?
  • Comment s’organise et est perçu le travail dans l’entreprise ? Plutôt collaborative ou indépendante ?
  • A quelle fréquence évaluer-vous les performances de vos employés ?

2. Le poste

  • Quels sont les perspectives d’évolution a ce poste ?
  • Quels sont les difficultés du poste ?
  • Pouvez-vous me parler de la personne qui occupait le poste
  • précédemment ? ( Qu’a t’il fait de bon ou mauvais, quel est la raison qui fait qu’il n’occupe plus le poste, si ce n’était pas le bon profil, qu’est ce que le recruteur à retenir de cette mauvaise décision ? )
  • Pouvez-vous me décrire une journée type de ce poste ?
  • Qu’est ce qui constitue un succès pour l’équipe et pour le poste ?

3. Le recruteur

  • Quel est votre parcours ? (Comment il en est arriver jusque là, a t il eu des difficultés a certains moment, comment a t il surmonter ces difficultés, est-il satisfait de ce qu’il a accompli et de sa position aujourd’hui, … )
  • Que pensez-vous de l’entreprise aujourd’hui ? (quels sont pour lui les avantages ou défauts majeures, qu’est ce qu’il aimerait améliorer si il le pouvait, )
  • Que pensez-vous de la productivité de l’entreprise sur les dernières années ?
  • Quelles qualités sont, selon vous primordiales pour être excellent a ce poste ?
  • Si vous pouviez changer une seule chose dans l’entreprise, de quoi s’agirait-il ?

Comment passer d’un prisonnier passif à un véritable acteur de l’entretien

Il faut mettre au point une stratégie de questionnement qui vous servira à donner des réponses parfaites lors de l’entretien d’embauche.

Cela va sans dire, pour apporter des réponses ultra convaincantes au recruteur, il faut satisfaire ses attentes. Et comment bien satisfaire ses attentes ?

En lui posant les bonnes questions avec un échange restant toujours d’une excellente fluidité.

  • Poser les bonnes questions

C’est simple, les meilleurs candidats mettent au point une stratégie pour stocker les informations provenant du recruteur et les réutiliser dans leurs réponses.

Cette stratégie, je l’utilise, tout comme mon frère Jérémy. Sauf que nous avons créé notre propre méthode, reprenant la base de la recette, et en y ajoutant un système de vente.

Nous l’avons appelé “La Méthode Creusée” : elle récupère le maximum d’informations au recruteur avec un stratagème cherchant à vouloir toujours aller plus loin.

Par exemple, je pose une question à l’employeur  : “Quel est le processus de recrutement pour le poste, Monsieur Poitou ?”

Celui-ci va me donner une réponse fournissant une première base d’informations intéressante. Mais ce n’est pas suffisant.

La Méthode Creusée permet, comme son nom l’indique, de creuser encore plus loin dans la réponse en reposant simplement une question par dessus :

“Très bien Monsieur Poitou, il y a donc 3 étapes dans le processus que doit passer chaque candidat. Et sur quels points allez-vous vous baser pour prendre votre décision ?”

La méthode creusée n’a pas de limite, seulement des résultats époustouflants.

  • Quand poser les questions ?

Il existe plusieurs façon d’aborder une conversation et de savoir exactement quand prendre la parole.

Parfois il n’y a même pas besoin de méthode : avec l’expérience, on peut se fier facilement à notre l’instinct pour trouver automatiquement les moments clés pour s’engager.

Mais pas besoin de vous emmêler les pinceaux avec différentes techniques.

Voici une combine très simple pour savoir quand poser vos questions :

Lorsque vous donner une réponse au recruteur, utilisez une question ouverte immédiatement après, et qui a un rapport directe ou indirect avec la question que vous a posé le recruteur (rapport direct signifie poser la même question en reprenant ou non la même formule, et rapport indirect signifie poser une question différente mais en rapport avec le sujet traité)

Et parce que ce n’est pas facile sans exemple, en voici-un qui vous donne une image claire de la combine :

“ […] et voilà pourquoi j’ai décidé de faire cette reconversion professionnelle et d’entrer dans ce milieu. Et vous, Monsieur Le Recruteur, quelles sont vos raisons qui ont été décisives dans le choix de travailler dans ce milieu professionnel ?”

Dans cette réponse, vous pouvez comprendre que le recruteur m’a demandé pourquoi j’ai fait une reconversion professionnelle. Et une fois ma réponse donné, j’enchaine avec une question ayant un rapport indirect, mais qui fonctionne grâce à une jolie transition avec le milieu professionnel que où j’ai décidé de m’aventurer

Pour résumer

Afin de créer un échange fluide et poser des questions qui vont serviront à vous et au recruteur, concentrez vous sur des questions liées au poste, à l’entreprise et bien sur, au recruteur !

N’hésitez pas à demander au recruteur qu’il vous fasse un retour d’expérience sur sa vie dans l’entreprise et qu’il vous dise ce qu’il pense de vos réponses.

Enfin, pour enrichir l’entretien en donnant des réponses impactantes : poser vos questions en utilisant la méthode creusée !

Si vous ne voulez pas attendre et essayer nos conseils seuls, vous pouvez passer un appel stratégique avec nous.

Vous sentez que votre cause est perdu ou que vous êtes un cas vraiment particulier ?

Cet appel gratuit vous donne accès à notre expertise pour vous offrir nos meilleures conseils à appliquer selon votre situation personnelle.

Cliquez-ici pour programmer un appel gratuit avec nous.

À très bientôt,

Dorian